vendredi 26 août 2016

Esprits Libres...

Esprits libres..

Qu'exprime ce nom de bière? Par ailleurs, pourquoi un pluriel?

Deux questions qui méritent explications...

Une bière, c'est très souvent une rencontre. Fidèle à nos émotions brassicoles, esprits libres, c'est d'abord la liberté des brettanomyces, levures indigènes qui donnent naissance à des fermentations spontanées.

Esprits libres, c'est autour de ces levures la rencontre de trois acteurs: brasseur, vigneron, dessinateur...

Juillet 2015: un marché de producteurs, bavardage autour du muscat sec, "L'incorporer dans une bière pourquoi pas?"

Septembre 2015:  Célian, le vigneron, livre environ 500 litres de muscat sec. Dégustation: de par sa légère oxydation, il a une belle couleur ambrée chaleureuse, sec, il offre une pointe de noix...Miam.

C'est parti, une bière de la brasserie sera élaborée avec ce vin. De grains de raisins en grains de malt, l'idée mûrit. Une bière blonde faiblement houblonnée qui fermentera dans des tonneaux de blanc auxquels sera ajouté le muscat sec juste manière de compléter le niveau manquant. Quatre tonneaux stockent ce breuvage durant quatre mois. Chaque tonneau ayant reçu une quantité différente selon la capacité du tonneau "à boire".

Pendant ce temps, Jhano, l'artiste militant, dessine la vie et les émotions d'un vigneron. L'idée de réaliser un sujet sur la brasserie est avancée. Et de bières en crayons,  Jhano se voit proposer de réaliser l'étiquette...

Une petite bise, une avant-dernière bière et hop, l'aventure commence!

Trois esprits libres, acteurs de leurs savoir-faire, accompagnent le vieillissement du moût sagement gardé par les tonneaux. Les levures indigènes de la bière et du vin s'accouplent en toutes discrétion mais en toute liberté.

Qu'en est-il du breuvage?

Les quatre tonneaux assemblés donnent un résultat de 400 bouteilles de 75 cl : une bière sèche développant des arômes fruités où le muscat se dévoile avec pudeur. L’acidité dominante et rafraîchissante perturbe pour mieux séduire ensuite, des souvenirs d’enfance remontent...

"Septembre, sur un vélo, en pleine campagne, on descend au milieu des vignes et des champs. Soudain, l'idée de s’arrêter et de glaner une grappe de raisin me submerge. Ni une, ni deux, le vélo posé au bord du talus, on tend la main et on capture une petite grappe.

Croc! Surprise: un petit grain de raisin se coince entre deux dents et le raisin n'étant point tout à fait mûr.... la bouche est envahie de cette saveur surette de la peau du raisin!

Bon, on repart à toute blinde sur le vélo avec cette question: bon ou pas? Difficile de répondre car à cet âge, les notions d'acidité et d'amertume sont encore vagues..."

Quelques années plus tard et au fil des dégustations, nous mettons des mots sur ces saveurs pour les partager. Complexes et jouissives, ces notes acidulées permettent d'adoucir les maux de notre monde.

Au final, Jhano, Célian, la Brasserie des Vignes et les "brettes" vous offrent une bière déroutante, cherchant une liberté gustative afin que chacun puisse s'évader et sortir des cadres de dégustation que l'on nous impose trop souvent.

Au plaisir de vous amener avec ce breuvage vers d'autres saveurs... Que la créativité soit en nous à travers cultures visuelles et gustatives!


Avez-vous compris esprits libres?

                                                                             Bises...



lundi 21 mars 2016

Papy Delpont est parti...

Juste avant le printemps, Jean, distillateur à Montech est parti. Il s'est évanoui avant l'éclosion des premiers fruits, des premières framboises.

Coquin comme tu pouvais l'être, tu as oublié de nous livrer ton Patrimoine avec un grand P, mais bon on s'en doutait, on le savait. Des regrets? oui, mais c'est ton histoire. aurais-tu plus livrer ton savoir? Je ne sais pas, ta rencontre suffisait pour que l’amour du produit et des hommes se ressentent.Tu étais, tu es un grand monsieur, c'est tout. Bravo pour ta vie et tes expériences. Oh,mille excuses, je te tutoie, mais je ne sais pas faire autrement.

L'important, ce sont les échanges, d'ailleurs ce n'est pas Jean, c'était Papy Delpont! C'est Papy Delpont!!
L'inspiration est absente pour écrire...à l'inverse de l'émotion oppressante. Quand même au delà de la beauté gustative d'une framboise, que dire de ces moments? Lorsqu'on déguste chez toi sur le comptoir blanc en formica pendant que, au dessus de nos têtes, les ouvriers refont le toit. Que dire lorsque je pose la question, "On peut aller voir les cuves en grès au fond?" "Mais oui bien sûr!"
Et puis cette phrase: "Ils veulent boire un verre? vous voulez goûtez quelque chose?" "Jean, voyons tu crois qu'on est là pour planter des choux?" Mais au-delà du verre qu'on sirote, des saveurs, c'est l'échange, le partage qui compte.

Et puis, le 22 décembre 2015, avec des photos de Pierre Assemat, on vient faire un coucou. C'est l'hiver, déjà tu nous chagrines car tu reviens de ce corps médical qui nous inquiète. Ton équipe féminine nous accueille: "Il arrive". Fidèle, tu te colles derrière le comptoir, nous sert un verre et nous dit: "Excusez moi, je m'assois..." mais, franchement, pourquoi s'excusez!

Ensuite, on se pose au bureau avec la lampe des années 80 qui nous éclaire tendrement, bavardage autour de ton vécu, de tes repreneurs, on te propose de mettre des légendes sur tes photos... pas sûr qu'on obtienne gain de cause, émotions et charme sont là... difficile d'en dire plus, mais là je ne sais pas faire mieux. Tu nous distilles beaucoup trop de plaisirs pour pouvoir l'écrire.

 Les autres rencontres? je les garde pour moi si tu permets.

Après Philippe Voluer, en octobre 2013, c'est Jean Delpont, en mars 2016, qui s'éclipse....compliqué dans cet univers souvent inhumain, nos racines ne seraient-elles pas en train de s'évaporer ou de partir en bulles? Bon, allez on y croit, portons les valeurs de ces humanistes et buvons un coup!

Bises & tendresse à la famille Delpont. Continuons à transmettre les valeurs de Jean.


Stéphane, brasseur et amoureux des belles distillations mais avant tout des hommes qui les font !


Un lien vers les résultats obtenu par Jean:

http://distillerie.delpont.free.fr/concours.htm

vendredi 11 mars 2016

Déguster une bière


Le renouveau de la bière artisanale a ouvert les yeux et donc les papilles des consommateurs. La bière, boisson populaire par essence, a retrouvé ses lettres de noblesse. Malheureusement, dans cette société où le maître-mot, c'est obtenir la reconnaissance, le côté populaire de la bière est devenu snob. Il m'arrive donc de lire sur les réseaux sociaux ou sur d'autres interfaces informatiques des analyses brassicoles prétentieuses voir même irrespectueuses des brasseurs. La simplicité semble s'évader de ce nouvel univers brassicole.

Face à cette réflexion purement personnelle, je vous invite donc à lire ci-dessous ce mini-texte, écrit en octobre 2006, qui semblait sentir venir ce vent geek/snob.

Au plaisir de lire votre propre ressenti et d'échanger...

En attendant, n'hésitez pas à soutenir notre campagne de financement participatif qui se termine le 27 mars.... 




Bises

"Déguster une bière…c’est quoi ?

Provenant du latin gustare, déguster signifie donc goûter une boisson, un mets. Au sens figuratif, c’est déjà mieux, déguster est utilisé dans le sens d’apprécier, savourer.
            Le sens donné au mot déguster est donc très important. Or de nos jours, une dégustation devient parfois trop formelle, réservé à une certaine classe d’initiés. C’est ainsi qu‘on se retrouve souvent dans une dégustation où le dégustateur part dans des considérations techniques que peu de personnes peuvent suivre. Très vite, le dégustateur ne s’adresse qu’aux initiés, le reste du public s’ennuyant en écoutant un pseudo dégustateur qui aura le talent de confondre odeurs et saveurs.
            Or si lors d’une dégustation, les notions techniques sont importantes pour comprendre l’origine des saveurs et le lien avec la terre, c’est avant tout un acte d’amour avec la bière et un moment de convivialité que l’on partage avec d’autres.
            Déguster c’est d’abord exprimer ses propres sentiments, sa philosophie de la bière. Sentiments d’amour et de partage, vous pouvez aller à la rencontre de la terre qui a donné vie a ce breuvage magique. Votre rôle consiste donc à prendre la main des autres convives et de les amener vers ce paradis des saveurs que vous offre la mousse.

                                                                                                                                 Stouf…"