lundi 20 mars 2017

Spontanée...

Pâques 2005, premier brassin, temps ensoleillé, les premières buées sortent de la cuve d'empâtage....

Première bière, l'idée: une dominante acidulée, légèrement ambrée/cuivrée. Son nom: Bulles de Vignes..

Un essai lié à ce patrimoine brassicole gustatif acquis au fil des voyages et des rencontres. Une bière acide en 2005? Pourquoi pas...

Un brassage plein d’embûches, et le tuyau à la sortie de l'échangeur éclate. Stress et rafistolages ponctuent la journée... Malgré les galères, la journée s'écoule. L'ébullition arrive et là , pouf, la cuve déborde. Brasseur amateur, c'est une chose, devenir professionnel, c'est prendre conscience de certaines réalités.... Le brassage nous rappelle à l'ordre à chaque étape!
Première installation...




















Les doutes sont là mais peu à peu le transfert vers le fermenteur s'approche, en même tant que la nuit. Les potes s'occupent de l'omelette...

Moment de doutes...
Le transfert réalisé, c'est un petit moment de bonheur enrobé d'une collection de doutes. Comment se passera la fermentation? Aurons- nous cette bière dans l'esprit des "lambics et des gueuzes"?

Étonnement, la passion nous fait oublier la question essentielle: comment le consommateur accueillera-t-il une bière acide dans l'"esprit spontané" au pays du classique demi avec du sirop de fraise?

Deux mois plus tard, d'autres brassins sont nés et notamment la "Clandestine", mais notre première bière "Bulles de Vignes" est toujours dans le fermenteur... De dégustations en dégustations, les doutes s'estompent et reviennent. Parfois goûteuse et agréable, parfois désagréable et déséquilibrée, la bière vit...

Six mois plus tard, on embouteille, Bernard et Arno sont ok. Allez, on y va!

C'est la naissance de la Bulles de Vignes.

Une des premières bouteilles....


Peu à peu, la bière s'affine mais le public local est dérouté, me prend pour un fou.

Qu'importe, la brasserie développe sa gamme et rebrasse cette Bulles de Vignes deux ans plus tard. En alternance avec la Bulles de Vignes, naîtra la "Vent d'Anges" - merci Nono!

Toujours incompris, on continue notre chemin de croix brassicole...et les années passent.
Peu à peu, certains curieux, certains amateurs découvrent cette "Bulles de Vignes".

Après avoir été rejetée, elle intrigue....

Bulles de Vignes et Vent d'Ange grandissent dans un monde brassicole en pleine évolution.
L'amertume revient au goût du jour, l'acidité reste elle au banc des accusés.


2007, quelques signes d'encouragement avec un premier article... On continue.

Les années passent, les IPA se développent, les bières acides restent marginales.

Mais notre petit cerveau se dit: "Ce renouveau du houblon passionnant ne sera que précurseur de l'acidité des bières, soyons patients.."

Dans des rêves brassicoles, on s'évade en pensant au dolo, bière africaine familiale de fermentation spontanée...

2012, la brasserie déménage et s'installe dans une mégisserie. L'architecture du bâtiment nous fait saliver: un bâtiment en bois, situé perpendiculairement au lit de la rivière, doté de clayettes orientables permettant le passage du vent...

Tiens donc...




















Très vite, l'idée d'un refroidissoir émerge...faire une véritable spontanée dans le Sud-Ouest. Chut, n'en parlons pas, rêvons....

5 ans plus tard, le refroidissoir est là, situé au troisième étage, large de 3 m, il épouse les clayettes situées entre les structures en pierre.

Allez, le 23 février 2017, l'aventure commence. Le temps extérieur est au beau fixe. La température est de 2°C à 8h du matin. La nuit qui suit...une fraîche température est prévue...

Les matières premières locales proviennent de la Malterie du Vieux Silo située à 30 km. Le houblon sauvage en fleurs cueilli en septembre 2016, légèrement suranné...



Le brassin commence...et comme douze ans en arrière, stress et doutes sont là. Pouf, vers 10h30, le moteur de l'agitateur montre de dangereux signes de faiblesse.



La galère arrive mais l'expérience nous permettra de gérer le brassin. 18h15, c'est l'instant, on lance la pompe pour monter le moût vers le refroidissoir...La pompe sera-t-elle assez puissante? 6.50 m l'attendent.

Quelques instants d’inquiétude et ouf, le moût arrive...Densité initiale: 1054 - heure: 19h40.






Le lendemain, le moût au repos nous dévoile une température de 9°C, on le transfère dans les quatre tonneaux et c'est parti pour des jours d'attente, la fermentation spontanée va -t-elle démarrer?

5 Mars, telle une fleur qui s'ouvre, les fûts moussent....







Maintenant, patience, on n'est plus à douze ans près....

                                                                                                    Stéphane


















Aucun commentaire:

Publier un commentaire