vendredi 26 août 2016

Esprits Libres...

Esprits libres..

Qu'exprime ce nom de bière? Par ailleurs, pourquoi un pluriel?

Deux questions qui méritent explications...

Une bière, c'est très souvent une rencontre. Fidèle à nos émotions brassicoles, esprits libres, c'est d'abord la liberté des brettanomyces, levures indigènes qui donnent naissance à des fermentations spontanées.

Esprits libres, c'est autour de ces levures la rencontre de trois acteurs: brasseur, vigneron, dessinateur...

Juillet 2015: un marché de producteurs, bavardage autour du muscat sec, "L'incorporer dans une bière pourquoi pas?"

Septembre 2015:  Célian, le vigneron, livre environ 500 litres de muscat sec. Dégustation: de par sa légère oxydation, il a une belle couleur ambrée chaleureuse, sec, il offre une pointe de noix...Miam.

C'est parti, une bière de la brasserie sera élaborée avec ce vin. De grains de raisins en grains de malt, l'idée mûrit. Une bière blonde faiblement houblonnée qui fermentera dans des tonneaux de blanc auxquels sera ajouté le muscat sec juste manière de compléter le niveau manquant. Quatre tonneaux stockent ce breuvage durant quatre mois. Chaque tonneau ayant reçu une quantité différente selon la capacité du tonneau "à boire".

Pendant ce temps, Jhano, l'artiste militant, dessine la vie et les émotions d'un vigneron. L'idée de réaliser un sujet sur la brasserie est avancée. Et de bières en crayons,  Jhano se voit proposer de réaliser l'étiquette...

Une petite bise, une avant-dernière bière et hop, l'aventure commence!

Trois esprits libres, acteurs de leurs savoir-faire, accompagnent le vieillissement du moût sagement gardé par les tonneaux. Les levures indigènes de la bière et du vin s'accouplent en toutes discrétion mais en toute liberté.

Qu'en est-il du breuvage?

Les quatre tonneaux assemblés donnent un résultat de 400 bouteilles de 75 cl : une bière sèche développant des arômes fruités où le muscat se dévoile avec pudeur. L’acidité dominante et rafraîchissante perturbe pour mieux séduire ensuite, des souvenirs d’enfance remontent...

"Septembre, sur un vélo, en pleine campagne, on descend au milieu des vignes et des champs. Soudain, l'idée de s’arrêter et de glaner une grappe de raisin me submerge. Ni une, ni deux, le vélo posé au bord du talus, on tend la main et on capture une petite grappe.

Croc! Surprise: un petit grain de raisin se coince entre deux dents et le raisin n'étant point tout à fait mûr.... la bouche est envahie de cette saveur surette de la peau du raisin!

Bon, on repart à toute blinde sur le vélo avec cette question: bon ou pas? Difficile de répondre car à cet âge, les notions d'acidité et d'amertume sont encore vagues..."

Quelques années plus tard et au fil des dégustations, nous mettons des mots sur ces saveurs pour les partager. Complexes et jouissives, ces notes acidulées permettent d'adoucir les maux de notre monde.

Au final, Jhano, Célian, la Brasserie des Vignes et les "brettes" vous offrent une bière déroutante, cherchant une liberté gustative afin que chacun puisse s'évader et sortir des cadres de dégustation que l'on nous impose trop souvent.

Au plaisir de vous amener avec ce breuvage vers d'autres saveurs... Que la créativité soit en nous à travers cultures visuelles et gustatives!


Avez-vous compris esprits libres?

                                                                             Bises...



Aucun commentaire:

Publier un commentaire