lundi 21 mars 2016

Papy Delpont est parti...

Juste avant le printemps, Jean, distillateur à Montech est parti. Il s'est évanoui avant l'éclosion des premiers fruits, des premières framboises.

Coquin comme tu pouvais l'être, tu as oublié de nous livrer ton Patrimoine avec un grand P, mais bon on s'en doutait, on le savait. Des regrets? oui, mais c'est ton histoire. aurais-tu plus livrer ton savoir? Je ne sais pas, ta rencontre suffisait pour que l’amour du produit et des hommes se ressentent.Tu étais, tu es un grand monsieur, c'est tout. Bravo pour ta vie et tes expériences. Oh,mille excuses, je te tutoie, mais je ne sais pas faire autrement.

L'important, ce sont les échanges, d'ailleurs ce n'est pas Jean, c'était Papy Delpont! C'est Papy Delpont!!
L'inspiration est absente pour écrire...à l'inverse de l'émotion oppressante. Quand même au delà de la beauté gustative d'une framboise, que dire de ces moments? Lorsqu'on déguste chez toi sur le comptoir blanc en formica pendant que, au dessus de nos têtes, les ouvriers refont le toit. Que dire lorsque je pose la question, "On peut aller voir les cuves en grès au fond?" "Mais oui bien sûr!"
Et puis cette phrase: "Ils veulent boire un verre? vous voulez goûtez quelque chose?" "Jean, voyons tu crois qu'on est là pour planter des choux?" Mais au-delà du verre qu'on sirote, des saveurs, c'est l'échange, le partage qui compte.

Et puis, le 22 décembre 2015, avec des photos de Pierre Assemat, on vient faire un coucou. C'est l'hiver, déjà tu nous chagrines car tu reviens de ce corps médical qui nous inquiète. Ton équipe féminine nous accueille: "Il arrive". Fidèle, tu te colles derrière le comptoir, nous sert un verre et nous dit: "Excusez moi, je m'assois..." mais, franchement, pourquoi s'excusez!

Ensuite, on se pose au bureau avec la lampe des années 80 qui nous éclaire tendrement, bavardage autour de ton vécu, de tes repreneurs, on te propose de mettre des légendes sur tes photos... pas sûr qu'on obtienne gain de cause, émotions et charme sont là... difficile d'en dire plus, mais là je ne sais pas faire mieux. Tu nous distilles beaucoup trop de plaisirs pour pouvoir l'écrire.

 Les autres rencontres? je les garde pour moi si tu permets.

Après Philippe Voluer, en octobre 2013, c'est Jean Delpont, en mars 2016, qui s'éclipse....compliqué dans cet univers souvent inhumain, nos racines ne seraient-elles pas en train de s'évaporer ou de partir en bulles? Bon, allez on y croit, portons les valeurs de ces humanistes et buvons un coup!

Bises & tendresse à la famille Delpont. Continuons à transmettre les valeurs de Jean.


Stéphane, brasseur et amoureux des belles distillations mais avant tout des hommes qui les font !


Un lien vers les résultats obtenu par Jean:

http://distillerie.delpont.free.fr/concours.htm

Aucun commentaire:

Publier un commentaire